Entretien avec Laurette Massant, une artiste made in Bruxelles à découvrir

Entretien avec Laurette Massant, une artiste made in Bruxelles à découvrir

Son expo Viersus s’achève, sa prochaine expo, CURIOUS se prépare… les Lubies sont parties sur les traces de Laurette Massant, une artiste bruxelloise à découvrir. Son travail nous a vraiments séduites. Il est tout en finesse et d’un esthétisme à couper le souffle… On a voulu en savoir plus sur son travail et Laurette a accepté qu’on lui pose quelques questions. En plus, elle est trop sympa! Lisez et … admirez!

Laurette, pourrais-tu brièvement te présenter ?

Je suis née en 1985, je vis et travaille à Bruxelles.

J’ai fait mes études au sein des Instituts St-Luc et je suis diplômée d’un master en arts plastique, visuels et de l’espace.

Qu’est-ce qui t’a donné l’envie d’entamer une carrière artistique ?

L’envie est là depuis le début ; quand on commence en tant qu’étudiant en art, on a tous ce rêve « d’en faire carrière ». C’est le but mais il faut distinguer l’envie de la volonté, sans celle-ci l’envie n’est qu’un désir projeté. La volonté sert à la réification de cette envie, ce désir d’y croire.

En éprouvant cette volonté – bon gré, malgré- l’envie devient nécessité.

Quelles techniques utilises-tu ?

Je définis mes techniques comme des cross-over entre médiums. Par exemple, je crée des « photos-peintures », C’est-à-dire que le statique photographique se meut en mouvement pictural. Je peins au vernis sur verre, on pourrait y voir comme un agrandissement de négatif.

Le spectateur qui se place devant la lumière verra de facto sa silhouette se mêlant avec l’image de la projection du négatif. Comme au cinéma l’image passe par une projection, comme dans la photographie la lumière imprime.

Tous mes cross-over ont un élément pivot, un point cardan : la lumière. Mes dessins à l’encre sont sur des feuilles celluloïds, des slides de projection et mes dessins au crayon sont sur feuille calque principalement. Cela traite de l’écriture de la transparence et de la translucidité. Cette écriture je la pense tranchante, affûtée comme une définition noir sur blanc dans un dictionnaire.

Je travaille aussi la vidéo et les gifs, des formats cours qui permettent d’appréhender encore une autre facette, une autre projection, un autre écran, un autre regard…

Quels sont tes artistes de référence ? Qui sont ceux qui t’inspirent ?

La théorie du désir mimétique de René Girard, anthropologue. L’atlas Mnémosyne d’Aby Warburg, philosophe esthétique. Pier Paolo Pasolini, réalisateur et écrivain. L’inspiration vient de cette reconnaissance de nécessité commune, chaque artiste qui fait preuve d’intégrité et de radicalité (de radix-racine) est susceptible de me donner un souffle, de m’inspirer.

Lascaux Serie (5/12) - Inspired by Edwin Fagel’s poems - • Viersus • Sola(scaux) Scriptura • Koningin • Pluant Justum • Look at your game girl Pencil, charcoal, graphite on Canson paper 180 g. 100 cm x 70 cm 2015-2016

Tes œuvres font souvent référence à la bible et à la féminité, quel en est le message ?

Mes œuvres contiennent une sédimentation religieuse qu’elle soit biblique, mythologique, superstitieuse, etc. Il s’agit d’exprimer que la croyance est inhérente à la condition humaine. Comme la pluie qui rentre dans les strates de la terre pour la nourrir, les images et l’histoire de l’art, les figures archétypales nous influencent. Mes œuvres sont comme une échographie (une écriture par résonance) aux trois modèles archétypaux : La déesse Vénus, La Vierge Marie et Marie-Madeleine.

Je crois qu’il faut regarder dans un schéma triangulaire. Le troisième sommet du triangle, c’est la figure du mouvement. Entre la mère et la putain, il y a la recherche de la rédemption. Dans notre culture, la figure qui incarne le mieux ce mouvement de rédemption, c’est Marie-Madeleine. Elle est considérée comme une grande pécheresse et un grand apôtre. C’est la figure qui représente le mouvement par excellence ! Rappelez-vous cet épisode biblique lorsqu’elle se jette au pied du Christ. Entre la figure virginale et la figure vénusienne, je propose une troisième figure : la « vénus repentie ». Nous avons donc : une figure parfaite en Marie, une figure idéalisée en Vénus et une figure réaliste, celle qui semble la plus proche de nous, en Marie-Madeleine.

Lascaux Serie (5/12) - Inspired by Edwin Fagel’s poems - • Viersus • Sola(scaux) Scriptura • Koningin • Pluant Justum • Look at your game girl Pencil, charcoal, graphite on Canson paper 180 g. 100 cm x 70 cm 2015-2016

 

Quels sont tes projets pour le futur ?

Un livre « Lascaux » avec Edwin Fagel, une présentation de ce livre à Amsterdam, d’autres expositions et une conférence sur « L’architecture du couple » de Mohamed Rachdi, un philosophe et artiste marocain. J’ai une collaboration en cours avec un photographe marocain Abdennaby Ketouy.

En attendant, RDV Dès aujourd’hui à la gallerie VDK/JFK dans le quartier du Sablon …