J’ai testé le Tram Expérience à Bruxelles

J’ai testé le Tram Expérience à Bruxelles

Envie d’un resto original et en même temps gastronomique ? Pourquoi ne pas tenter le Tram Expérience ? J’ai testé et je vous raconte…

Le rendez-vous

Mercredi soir, Place Poelaert, 19h50, nous avons rendez-vous avec un contrôleur de la STIB pas comme les autres. Habillé de noir et de blanc, il vérifie notre « ticket d’embarquement ». Nous avons réservé pour 4 depuis 3 semaines. Pour avoir un ticket, c’est comme pour un concert, il faut s’y prendre à temps ! Tout est en ordre, il n’y a plus qu’à attendre l’arrivée du restaurant.

Il fait très froid, -2°, et chaque tram qui se présente nous donne une lueur d’espoir ! 20h tip top, notre carrosse est avancé. Il est, lui aussi, vêtu tout de noir et de blanc. Notre contrôleur nous invite à y entrer et à rejoindre notre table.

L’aménagement

Une trentaine d’autres convives parfaitement inconnus partageront le dîner avec nous. L’intérieur est magnifiquement bien aménagé. On continue dans l’ambiance « black and white ». La table est joliment dressée malgré son côté tablette d’avion. On nous apporte tout de suite des bulles. Bonne initiative !

Dans un tram, on est vite à l’étroit…Nos voisins de droite sont charmants. Heureusement, car nous devront partager le beurrier, un mouvement trop ample pour la largeur du tram ayant fait chuter le nôtre. Aussi bizarre que cela puisse paraître, si quelque chose tombe par terre, il ne sera pas remplacé. C’est ainsi que nous croiserons les doigts tout le dîner pour que le serveur ne renverse pas nos desserts !

Si vous vous posiez la question, le fait d’être secoués et balancés ben…comme dans un tram, n’est pas très dérangeant. Ça ne rend pas malade (et pourtant j’ai vite le mal des transports) et des encoches ont été prévues pour poser les verres et les assiettes.  Tout tient en place. Autre aspect pratique, il y a des toilettes à l’avant qui ont la gentillesse de nous rappeler les longs courriers.

Et le dîner dans tout ça ?

Un dîner éphémère est proposé par un grand chef de la gastronomie belge. Un menu reste à la carte entre 1 et 2 mois. Il s’agit d’un menu unique pour tout le tram. Et comme ce n’est pas donné, on a intérêt à tout aimer. Il faut compter, tout de même, entre 190 et 230 € pour 2 personnes suivant le jour de semaine. Pour cela, on a droit à un menu 6 ou 7 services, les bulles, le vin, l’eau et un pousse-café.

Notre dîner avait été composé par Vilhjalmur Sigurdarson, un chef d’origine islandaise dont le restaurant à Ypres « Souvenir » a reçu quelques prix.

Bon, je ne vais pas vous passer tous les plats en revue (ce serait cruel) mais je vais quand même vous parler de mon coup de cœur : le dessert ! Je pense que je garderai un souvenir ému de cette rencontre du panais et du chocolat blanc sous forme de mousse. Il fallait oser et c’était une réussite totale et inattendue. Avec par-dessus une petite quenelle de glace à la chicorée et de l’avoine caramélisé. Top de chez top.

Par contre, comme c’est souvent le cas dans les dîners gastronomiques, les quantités sont réduites (on va dire ça comme ça…). Heureusement qu’il y avait plusieurs plats mais nous sommes tout de même restés tous les 4 sur un goût de trop peu. Surtout les hommes. J’ai d’ailleurs un peu honte de vous raconter ce qu’ils ont fait en quittant le tram. J’hésite à vous le dire…peut-être à la fin de l’article.

Point de vue vin, là, c’était le contraire, nos verres étaient perpétuellement remplis. L’ambiance dans le tram était vraiment détendue. Les vins étaient bons (ne me demandez pas ce que c’était, je n’y connais rien, je crois juste me rappeler du mot « Sardaigne ») et les pousse-cafés aussi.

On the road

Le trajet dure 2h. Du coup, les plats s’enchaînent très rapidement. On n’attend pas 1h comme dans certains restos.

Le parcours ? Eh bien, pour ceux qui ont déjà fait les 20 km de Bruxelles, c’est facile : c’est globalement le même chemin mais sans le bois de la Cambre et dans l’autre sens ! Pour les autres, retenez que vous passerez près de l’ULB, par l’avenue de Tervueren, par le musée du tram, le boulevard du Souverain, l’hippodrome de Boitsfort ou encore l’avenue Louise.

Comme je suis bruxelloise et que je connais par cœur ce parcours (vive les 20km !) je n’ai pas trop souffert du manque de visibilité. En effet, vu la température extérieure et le nombre de personnes dans un espace réduit (sans compter la chaleur des plats), les vitres étaient complètement embuées. Et, comme il faisait noir, nous n’avons pas eu droit au paysage. Ça doit être dommage pour les touristes et non-bruxellois. Surtout que le parcours est assez représentatif de notre capitale. Bref, si vous voulez la vue avec le dîner, réservez plutôt le dimanche midi !

Au final

Une expérience sympa à faire pour une occasion spéciale car c’est tout de même un certain budget. A faire aussi si on n’habite pas Bruxelles et qu’on a envie de « visiter » cette ville d’une manière originale tout en découvrant la gastronomie belge. Personnellement, j’en garderai un très bon souvenir.

Ah oui ! J’allais oublier…bon ben, ce sera sous forme de photos compromettante (j’ai honte pour eux, les mots me manquent). Voilà, ce que font 2 hommes qui sortent d’un repas gastronomique…