Je suis (re)devenue blonde grâce à Olaplex!

Je suis (re)devenue blonde grâce à Olaplex!

Je suis une véritable schizophrène capillaire. Je suis passé du très court au très long, du lisse à l’ondulé et, surtout, par toutes les couleurs possibles et imaginables. Le tout restant  quand même relativement sobre, rassurez-vous : pas de bleu électrique, de rose fluo ou de jaune citron mais du châtain, du brun, du noir, du roux, de l’auburn et, surtout, du blond (très clair, clair, doré, cendré, caramel, miel, bébé et tout ce que vous voudrez).

Car le blond, c’est un peu comme….  Vous voyez ces films d’horreur où les héros, qui veulent fuir un lieu maudit, finissent toujours par y retourner quelle que soit la route qu’ils empruntent ? Eh bien, avec le blond, c’est pareil. J’y reviens sempiternellement. Et, faute de pouvoir suivre une psychothérapie pour comprendre cette frénésie de changements capillaires, un grand dilemme s’est imposé à moi.

J’étais brune. Et je voulais éclaircir. Encore une fois. Parce que le brun, le châtain, le roux,…ça m’amuse pendant un moment et puis je me lasse.

Oh, je savais bien comment faire. Il y a quelques années, j’ai bien réussi (toute seule) à passer du noir au blond. Seulement voilà, mes cheveux avaient bien poussé et je n’avais aucune envie de devoir passer d’une longueur mi-dos à « J’ai 2 centimètres  de poils sur la tête ».

Et voilà qu’un beau matin, alors que je promenais mon chien dans le quartier Schumann en me posant ces grandes questions existentielles, je suis tombée en arrêt devant un salon de coiffure qui proposait la technologie Olaplex !

« Qu’est-ce que c’est ? » me direz-vous.

Une sorte d’ingrédient magique, sans silicone ni huile minérale, capable de multiplier les ponts disulfures et, par la même occasion, de réparer les ponts rompus. Traduction : à vous toutes les fantaisies décolorantes possibles sans abîmer vos cheveux !

Si vous voulez plus d’informations à ce sujet, je vous propose de consulter leur site, le but de cet article étant de partager mon expérience avec vous et non de vous assommer avec un cours de chimie.

Quelques jours après, et suite à moult hésitations, je me suis décidée à pousser la porte du salon afin de me renseigner quant aux tarifs qui m’effrayaient un peu. Bonne nouvelle : le soin Olaplex ne coûte qu’une trentaine d’euros (bon, d’accord, c’est une somme quand même, mais comparez avec le prix d’un lissage brésilien ou d’extensions…)

Apparemment, j’étais la deuxième cliente que les coiffeuses recevaient  à avoir entendu parler de cette technique. Pour ma part, elles étaient les premières que je rencontrais à la proposer.

Elles m’ont rassurée et j’ai immédiatement sauté le pas. Quelques heures et doses d’Olaplex plus tard, j’étais blonde ! Ni orange carotte ni jaune poussin, mais d’un beau blond neutre sans reflets jaunes.

Mes cheveux ont-ils souffert lors de cette délicate opération ? Honnêtement, je savais qu’on devait mettre la  dose niveau décoloration. J’ai donc décidé, avant même de commencer et quoi qu’il advienne, de couper  une dizaine de centimètres. Au séchage, les cheveux étaient étonnamment doux. Soupir de soulagement.

Malgré tout, ne vous attendez pas à ressortir avec des cheveux de bébé. Olaplex limitera les dégâts, mais le meilleur conseil que je puisse vous donner, c’est : ne faites pas comme moi, gardez votre couleur naturelle (sauf si, à mon instar, il s’agit d’un moche blond cendré terne, avec en plus une méchante mèche blanche, et puis vous auriez bien envie d’un peu de changement, et pourquoi pas de l’acajou ? Ou un châtain doré ? Et puis le bronde c’est pas mal non plus…)

 

hair flip kim possible k bye das it

via giphy

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.