La palette Naked Smoky d’Urban Decay

La palette Naked Smoky d'Urban Decay

Lorsque j’ai offert la Naked 3 à sa mère (qui ne savait d’ailleurs absolument pas de quoi il s’agissait), ma nièce (13 ans et 1m70 de beauté pure) a connu un des plus grands moments d’émotion de sa vie.

Je lui ai promis qu’elle aurait droit à une palette Urban Decay pour son anniversaire. Elle a opté pour la Naked Smoky. Un choix qui m’arrange puisque, n’utilisant que des teintes nudes (j’ai la Basic 1 et la Basic 2), je ne l’aurais probablement jamais achetée et, par conséquent, cet article n’existerait pas.

Je dois dire que le packaging est très réussi, le pinceau fourni de bonne qualité et les couleurs contrastées. Chacune devrait y trouver son bonheur puisque la marque propose aussi bien des fards pailletés (High, Dirtysweet, Radar et Armor) que satinés (Slanter, Dagger, Black Market et Smolder) ou mats (Password, Whiskey, Combust et Thirteen).

Après déballage, extase et admiration, nous sommes passées au maquillage. Ma nièce a opté pour un dégradé de gris. J’ai appliqué Thirteen sous l’arcade, Slanter sur la paupière mobile et Dagger en coin externe et liner. J’ai ensuite ajouté une légère touche de lumière avec Dirtysweet.

Les fards font quelques chutes mais sont bien pigmentés. Le résultat sur vos yeux sera certainement très joli si vous avez moins de 30 ans. A mon grand âge, je préfère faire l’impasse. Le gris anthracite, le noir et les paillettes ne sont pas pour moi. Dommage, car les teintes mattes (et en particulier Combust, superbe !) me plaisent énormément. Je m’en tiendrai donc à mes petites Basics si gentilles avec leurs teintes neutres et veloutées.

Je reste, enfin, un peu perplexe face au nom du produit. Pour moi, « Naked Smoky », c’est un oxymore. Mais soit.