Le top 8 des incivilités masculines en course à pied

Le top 8 des incivilités masculines en course à pied

(si vous en constatez d’autres, merci de m’en tenir informée)

La 37ème édition des 20km de Bruxelles vient d’avoir lieu le dimanche 29 mai. Pour la troisième fois, je faisais partie des participantes. 31.000 coureurs et coureuses ont terminé la course. Logo_20_Km_de_Bruxelles_2Taux de participation des femmes : +/- 30% contre 70% de mâles. Ce qui nous donne 9300 femmes pour 21.700 hommes. J’ai donc eu l’occasion d’observer (il faut bien passer le temps, c’est tout de même long, 20 km !) les comportements de la gente masculine auprès de 21.700 spécimens.

Premièrement, je tiens à dire qu’aucun comportement ou qu’aucune réflexion sexiste n’est à déplorer. Le runneur considère la femme comme son égale et la respecte. Souvent, il l’encourage (ce qui peut parfois être vexant au même titre que les mecs qui se sentent obligés de vous aider à vous garer…, mais ça part d’une bonne intention).

Pour d’autres petites choses, peut mieux faire…mais il suffit sans doute de leur dire. Alors, voilà, je me lance !

Avant la course…

  1. Dans le métro pour se rendre au départ…les coureurs présents, entassés, ne sont pas encore censés avoir couru. Mais pourquoi donc certains ont-ils déjà une odeur de transpiration ? Pourquoi leur tee-shirt pourtant technique « anti-transpirant » est-il déjà tout auréolé sous les bras ? Soit certains hommes sont balèzes et ont déjà fait un marathon depuis Anvers pour rejoindre le métro bruxellois, soit certains se sont dit « c’est quand même pour aller transpirer dedans, alors pourquoi le laver ? »
  2. Ce satané problème de toilettes…les espèces de toilettes de chantier, on a connu mieux mais on est déjà contentes de pouvoir en disposer. Car nous, les femmes, on ne pourra pas faire de « pause pipi » le long du parcours, la nature est ainsi faite. Les mecs, si on vous met des urinoirs à disposition, please, c’est pour les utiliser. J’ai déjà dû courir un marathon la vessie pleine car beaucoup de Messieurs préfèrent les cabines odorantes plutôt que les urinoirs en plein air… Vous qui êtes pourtant les premiers à vous soulager contre un arbre, un mur, un buisson, au milieu d’un parc ou en pleine ville dans votre vie hors course, pourquoi allonger la file déjà kilométrique devant ce qui constitue notre seule solution, à nous ?

The Simpsons marge simpson season 20 episode 19 running

Pendant la course…

  1. On continue sur le même thème qu’au point 2…La pause pipi pendant la course. Tant mieux pour vous mais là, je parlerai juste d’incivilité vis-à-vis de la gente féminine par pure jalousie ! N’empêche, si nous on sait se retenir, pourquoi pas vous ? Mais bon, profitez-en…
  2. Pour en finir avec les besoins pressants, non, les mecs, pisser en courant, c’est pas classe du tout ! Incident observé personnellement sur un semi-marathon chez nos voisins français. Celui-là, il visait sûrement un chrono du tonnerre…
  3. Autre souci naturel : la salivation. Je ne crois pas que les femmes soient faites différemment que les hommes à ce niveau-là. Alors pourquoi nous on arrive à avaler notre salive et pas vous ? Dimanche, sur 20km de parcours, j’ai encore dû esquiver une bonne dizaine de crachats masculins. Et c’est avec une immense joie que j’ai terminé ma course sans aucun germe sur les baskets ou les mollets ! Vous arrivez bien à boire de l’eau aux ravitos ou à avaler des gels énergétiques…alors ?
  4. Pour continuer dans la fraîcheur : les gars, vous êtes tout à fait autorisés à placer un mouchoir en papier dans votre pochette, entre votre GSM et vos clés de voiture. Si vous savez dégainer votre smartphone pour un selfie de vous à mi-parcours, vous savez prendre un mouchoir et vider votre nez ailleurs que sur les baskets des autres coureurs.

big brother gross bb15 disgusting eww

Après la course…

  1. Oui, on sait, votre chrono est meilleur que le nôtre. Petit rappel : c’est physiologique. Si on a fait deux minutes de plus, on a gagné quand même, voilà, na ! Et comme on ne sait jamais ce qu’on veut, oubliez le traditionnel « c’est bien pour une femme ». Nous on a le droit de le revendiquer mais vous n’avez pas le droit de le dire (et ne cherchez pas à comprendre)
  2. Pourquoi maintenant qu’il n’y a plus de file pour les wawas, tous les mecs font pipis dans les buissons voire au milieu des pelouses ? Là, il faut m’expliquer…esprit de contradiction masculine ?

Allez, les mecs, on s’entraîne à avaler sa salive pendant ses séances de fractionnés et on revient le 28 mai 2017 en grande forme au Cinquantenaire avec un tee-shirt tout propre et un beau nez bien mouché !