L’Ekiden Acerta : ce week-end, deux lubies ont fait un marathon relais !

L’Ekiden Acerta : ce week-end, deux lubies ont fait un marathon relais !

Ce samedi 15 octobre avait lieu un évènement d’envergure au stade Roi Baudoin : l’Ekiden Acerta. Une bonne occasion pour Cla et Camilla de partager les joies d’un marathon, sans les 42 km… Je vous explique.

Un Ekiden, c’est quoi ?

L’Ekiden nous provient du Japon. Il s’agit d’un marathon relais et c’est un véritable phénomène au Japon. Déjà, les japonais considèrent le marathon comme une discipline très noble car synonyme d’endurance et de persévérance, des valeurs fortes à leurs yeux. Aujourd’hui, l’Ekiden vole un peu la vedette à la discipline car il introduit une valeur supplémentaire : celle de l’esprit d’équipe et du sens des responsabilités qui en découlent. Bref, c’est devenu LA disciplinaire phare en course à pied au pays des samouraïs ! Pour la petite histoire, le mot Ekiden provient du système de courrier au Japon au 17ème Siècle : une chaîne de messagers distribuait les missives dans tout le pays.

Techniquement, ça donne quoi ?

La distance officielle du marathon est partagée en un certain nombre de coureurs qui se relayent en se passant un tasuki, sorte de témoin mais qu’on se passe en travers du torse, version miss Belgique ! Dans un Ekiden classqiue, 6 coureurs se partagent les 42,195 km d’un marathon à raison de 5 km, 10 km, 5 km, 10 km, 5km et 7,195 km.

20161015_171911

Pourquoi c’est sympa ?

C’est sympa parce que cela permet de permet de passer une chouette journée entre potes, en famille, entre collègues ou membres d’un club de sport. De plus, il ne faut pas être très sportif pour finaliser un marathon : vu les 3 distances différentes, il y en a pour toutes les catégories, du sportif occasionnel, au sportif acharné et passant par les pas sportifs du tout mais de bonne volonté quand même !

Nous en tout cas, on cumulait les 3 profils et au final, tout le monde s’est donné à fond et on a passé un super moment ! Je vous raconte…

L’Ekiden Acerta

Première étape : former une équipe !

L’Ekiden Acerta se déroulait le samedi 15 octobre dans l’après-midi. Il fallait s’inscrire minimum 15 jours à l’avance en formant une équipe de 6 personnes. Il y avait la possibilité de s’inscrire dans différentes catégories : hommes, femmes, mixtes, entreprises, clubs de sports, famille et amis,…

Bon, on a essayé de former une équipe de nanas « Lubies des filles » mais certaines d’entre nous n’étaient vraiment pas prêtes à courir, même 5 km. Bref, Chlore ayant déclaré forfait suite à une vilaine grippe, nous nous retrouvons, Camilla et moi, les deux seules représentantes de notre blogzine ! Pour nous épauler, Run, mon cher et tendre aussi fana que moi de course à pied, un couple d’amis, sans entraînement réel mais en bonne forme physique et super motivés et…mon papa de 69 ans qui a gentiment et courageusement accepté de remplacer Chlore à la dernière minute ! Si on compte qu’il y a 2 semaines de cela, Camilla n’avait jamais couru, je vous laisse imaginer notre super équipe de choc ! Surtout que l’organisation a annoncé la présence d’au moins 4 champions olympiques et qu’il y a énormément de clubs de running qui seront présents. Bref,…on se voit déjà bons derniers…mais on s’en fiche, l’important c’est de participer et de passer une chouette aprem !

Question organisation…

L’Ekiden avait lieu dans le stade du Heysel. Le départ se faisait juste à l’extérieur, les relais et l’arrivée dans le stade même. Le capitaine d’équipe devait venir retirer une enveloppe contenant les 6 dossards et le tazuki 1 h avant le départ. Chaque dossard portait un numéro et une couleur en fonction de l’ordre de relais. J’ai donc reçu un beau dossard rose, n°2 et j’étais prête pour 10 km de bonheur dans le parc du Heysel !

L’organisation était très bien, chaque équipe devait se relayer dans un box précis suivant son numéro de participation. En attendant son « tour », chaque coureur attend dans les gradins puis se rend tranquillement dans son box attitré quand il estime que le coureur précédent va arriver avec le précieux tasuki pour être relayé. Premier exploit de notre part, on était chaque fois là au RDV, bien à temps dans notre box, prêts à prendre le relai ! Comme il faisait beau, attendre dans les gradins en tapant la discut était plutôt sympa. En plus, courir l’un après l’autre permet de ne pas devoir passer par la case consigne puisqu’il y a toujours quelqu’un pour garder les affaires de tout le monde. Cool.

Seul petit hic : ce n’est qu’en ouvrant l’enveloppe dans notre box qu’on a remarqué que le coureur n°1 ne partait pas du stade mais de l’extérieur de celui-ci. Ça ne nous avait pas du tout été renseigné (et si ça l’a été d’une manière ou d’une autre, l’info n’est vraiment pas passée), alors que l’info était pourtant importante. Bref, comme notre box était tout à fait à l’opposé du départ, notre coureuse n°1 a dû bien se dépêcher pour ne pas rater le coup d’envoi…et elle n’a pas été la seule.

Le parcours

En gros, les coureurs qui faisaient 5 km faisaient une fois le parcours et ceux qui faisaient 10 km le faisaient 2X. Le dernier devait courir 7 km et donc faire une fois le parcours plus une petite boucle supplémentaire. Deuxième exploit de notre part, personne ne s’est perdu…même pas le dernier qui devait repérer la boucle…

A part cela, la parcours n’était pas facile, il y avait beaucoup de dénivelé. Beaucoup de coureurs marchaient dans les côtes. Troisième exploit de l’équipe « Lubies des filles » : personne n’a marché ! On a tous joué le jeu et on s’est donnés à fond ! Finalement, notre équipe a plutôt tenu la route : au fil des foulées nous étions certains de ne pas finir dans les derniers !

Il y avait un ravitaillement en AA drink vers le 3ème Km. Un de ces foutus gobelets grâce auquel on s’en met partout…

L’ambiance

J’ai bien aimé l’ambiance. Au total, plus de 1800 équipes étaient attendues. Puisqu’il y avait 6 coureurs par équipe, je vous laisse imaginer le monde…sans compter les spectateurs. Ceux-ci étaient plus présents dans les gradins que le long du parcours. Le stade était donc bien rempli !

Seul petit bémol : la musique allait vraiment très fort et l’animation micro était inaudible, complètement couverte par Stromae, Sia and Co. Rien de bien grave…

Bon, ben, finalement, pas si mal…

Quatrième exploit : contre toute attente, notre valeureuse équipe termine en 970ème position ! Dans la grosse moyenne…Pas si mal, non ? On a bouclé notre Ekiden en 3h48. Beau résultat pour une équipe qui pensait finir en queue de peloton !

En tout cas, l’année prochaine, c’est certain, je rempile…et qui m’aime me suive !

20161015_171947