Les soutiens-gorge bronzent-ils?

Les soutiens-gorge bronzent-ils?

Je croyais naïvement que les sous-vêtements étaient faits pour être cachés pudiquement par jupes, pantalons, t-shirts pulls ou autres chemises.

Or, dès l’été (et à plus forte raison en période de canicules, comme c’est le cas actuellement), je dois me rendre à l’évidence: je me trompais du tout au tout!

En une semaine, j’ai dû croiser 125 238 soutiens-gorge dans les rues de Bruxelles!

Et je ne parle pas de la fine dentelle qui dépasse malencontreusement d’un petit top.

Non, ils s’affichent allègrement et sans complexe, avec un raffinement qui me laisse pantoise.

Le grand classique? L’emmanchure américaine avec les magnifiques bretelles, de préférence bien larges et couleur chair, qui dépassent de chaque côté.

Dans le même registre, vous aurez droit au profond décolleté dans le dos défiguré par les attaches arrière d’une vieux push-up. Je vous conseillerais vivement, dans ce cas-là, de suivre l’exemple d’une jeune fille croisée dans le métro: choisissez-le de préférence usé, rappé, et d’un blanc grisâtre. S’il est un peu sale, c’est encore mieux. Et tentez de vous persuader que, comme vous ne pouvez pas voir vos propres omoplates, elles deviennent comme par magie invisibles pour les autres.

Dernier conseil mais non des moindres: surtout, n’assortissez jamais votre soutien-gorge au reste de votre tenue! Il risquerait de passer inaperçu, ce qui, avouons-le, serait vraiment dommage. Faites plutôt comme cette quinquagénaire repérée en rue, qui portait, sous une blouse zébrée entièrement transparente et du meilleur goût, un splendide balconnet rose fluo.

Je sais, je suis une vieille intolérante, et les gens ont le droit de s’habiller comme ils veulent. Mais ça me pique les yeux. D’autant plus qu’il suffit de rentrer dans n’importe quelle boutique spécialisée et de demander conseil à une vendeuse. Je peux vous assurer que les créateurs ont élaboré des modèles répondant à une technologie digne de la NASA pour nous permettre de porter n’importe quel vêtement sans sacrifier la plastique au confort.

Comme tout ceci dépasse définitivement mon entendement, je ne peux m’empêcher de penser qu’il doit y avoir des motivations profondes derrière cette inesthétique exhibition. Mais lesquelles? Les soutiens-gorge bronzent-ils? Ont-ils besoin de vitamine D? Gagne-t-on trois taille de bonnet en les faisant rôtir au soleil? Ou finissent-ils par mourir, comme les perles, si on ne les expose pas à la lumière?

Aucune idée. Mais, si vous avez la réponse, je suis preneuse…

 

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.