Making a Murderer : une série documentaire, une pétition de 130.000 signatures.

Making a Murderer : une série documentaire, une pétition de 130.000 signatures.

J’aime les polars et les thrillers, Run aime les documentaires : on a trouvé une solution pour la paix de notre ménage : Making a Murderer. Il s’agit d’une série documentaire Netflix tournée sur 10 ans.

Steve Avery, un gars simple au QI faible, travaille dans la casse de voiture familiale au fin fond du Wisconsin. Dans la petite ville de Manitowoc, un viol est commis. La police oriente directement ses soupçons vers Steve. Suite à une enquête bâclée et rapidement menée, il est condamné. A tort…Il passera 18 ans sous les verrous jusqu’à ce qu’un nouveau test ADN l’innocente. Joyeux et plein d’espoirs à sa sortie, il n’est pourtant pas au bout de ses peines. Cette fois-ci, à Manitowoc, un meurtre est commis.

Personnellement, j’ai assez peu accroché au premier épisode. Beaucoup de photos d’archives, quelques témoignages et beaucoup de blablas. Je ne voyais en fait pas vraiment où allaient mener les suivants. C’est donc avec peu de motivation que j’ai regardé la suite. Et j’ai été plus qu’agréablement surprise. Malgré le format documentaire, la série est très riche en rebondissements. On ne s’ennuie vraiment pas et on suit, en fait, un très bon polar.

La série est tournée sous fond de procès, rappelant encore une fois les failles du système judiciaire américain, façon « Présumé innocent », mais cette fois-ci, pour de vrai. Steve, ses avocats et son entourage sont suivis pendant des années par les caméras. Libre cours au spectateur de s’attacher à l’un ou l’autre personnage, à croire l’un plutôt que l’autre et à se faire son propre avis.

Mais il n’y a pas que le côté judiciaire qui est passionnant. Making a Murderer touche un autre point sensible, celui des catégories sociales. Pas simple pour les Avery. Relégués au rang d’« intouchables » par le reste des habitants de la ville, différents dans leur manière de vivre et de s’habiller, ils subissent un véritable « Avery bashing ».

L’histoire de Steve est tellement atypique, que s’il s’agissait d’une fiction, on trouverait sans doute cela un peu too much !!! Et, le plus intéressant dans ce documentaire est sans doute sa suite. Non pas un « Making a Murderer 2 » mais sa suite dans la vraie vie. Après la diffusion de la série sur Netflix, beaucoup de gens se sont mobilisés. L’histoire continue…mais pas de spoil. Je n’ai pas dit qu’il s’agissait d’une mobilisation pour Steve. En tout cas, l’histoire est devenue, aux USA, un vrai débat national.

Vous êtes perdus ? c’est bien. Vous êtes curieux, tant mieux. J’en ai dit assez. Alors maintenant, à vos marques, prêts ? Regardez…